Les différentes chirurgies de l'obésité

La chirurgie bariatrique -du grec « baros » le poids- regroupe plusieurs techniques chirurgicales différentes qui répondent à deux mécanismes principaux :

  1. Restriction de l’apport alimentaire: l’anneau la gastroplastie la gastrectomie (sleeve)
  2. Restriction et malabsorption le mini by-pass le duodenal switch

L'anneau gastrique ou gastroplastie

Consiste à mettre un anneau en silicone, dont le calibre est modifiable facilement, autour de la partie supérieure de l’estomac.

L’estomac est une poche située entre l’œsophage et l’intestin grêle d’environ 1 litre.
La Gastroplastie va séparer votre estomac en deux poches (voir schéma) : Une poche supérieure de 15 à 25 ml (3 à 4 cuillères à soupe) et une poche inférieure.

Votre estomac est transformé en un véritable sablier, les aliments vont passer lentement à travers l’anneau. Lorsque vous avalez une petite quantité de nourriture, bien mâchée, celle ci va descendre dans la poche supérieure, située au dessus de l’anneau gastrique.
Cette poche va un peu se dilater, ce qui va stimuler le centre de la satiété situé au niveau du cerveau.
Après avoir ingéré lentement une faible quantité, vous n’aurez plus faim.
L’anneau de gastroplastie peut être resserré ou desserré grâce à un petit boîtier situé sous la peau (en général au niveau de l’abdomen, quelques cm sous les côtes gauches).
Ce boîtier est relié à l’anneau gastrique par un petit tuyau.
Après une anesthésie locale de la peau par patch, quelques centimètre cube de liquide peuvent être injectés dans le boîtier, ce qui va gonfler l’anneau gastrique et diminuer son calibre, les aliments passeront alors plus lentement.

Cette technique est de moins en moins pratiquée.

La gastrectomie (sleeve)

L’intervention de la Sleeve gastrectomie ou ” gastroplastie verticale calibrée avec résection gastrique ” consiste à retirer une grande partie de l’estomac, pour former un tube.

Les aliments vont d’abord être ralentis pendant leur passage dans le tube, puis être évacués très rapidement dans l’intestin grêle.

La Sleeve agit par plusieurs mécanismes qui s’associent :

  • Une restriction (comme la gastroplastie) : le volume et le calibre de l’estomac sont diminués, le passage des aliments est très ralenti, mais il n’y a aucune aucune modification de la digestion des aliments.
  • Une diminution du taux de ghréline, qui est l’hormone de la faim, ce qui entraîne un désintérêt pour la nourriture
  • Une modification de la flore bactérienne de l’œsophage, qui entraîne une modification heureuse du goût pour les aliments : les patients sont beaucoup moins attirés vers les viandes et les féculents, et plus vers les poissons et les légumes verts.

Le bypass gastrique

Le bypass agit par plusieurs mécanismes qui s’associent :

  • Une restriction (comme la gastroplastie)
  • Une malabsorption : les aliments sont moins digérés
  • Un dumping syndrome : (l’ingestion d’aliments très sucrés en quantité importante entraîne une sensation de malaise général et une accélération du pouls, ces aliments doivent donc être pris en petite quantité)
  • Une diminution du taux de ghréline, qui est l’hormone de la faim, ce qui entraîne un désintérêt pour la nourriture (attention : ce mécanisme d’action n’est pas efficace sur les éventuelles compulsions).

Le mini Bypass

Le mini bypass est une évolution récente du bypass, ses avantages théoriques sont :

  • Une réalisation technique plus facile, donc une intervention moins longue, de ½ h à 1 heure.
  • Un réversibilité totale, relativement simple à réaliser techniquement par coelioscopie. 

Les principaux inconvénients du mini bypass semblent être :

  • Un reflux gastro oesophagien (ce problème devrait être en voie de résolution, en utilisant un tube gastrique plus long).
  • La perte de poids à 1 an semble la même qu’avec le bypass, de même que la perte de poids à 5 ans. Les résultats à 10 ans ne sont connus. 

Très important :
Le mini bypass n’a de « mini » que son nom : son mode d’action et ses conséquences sur l’organisme sont les mêmes qu’avec le bypass, le suivi et la prise de vitamines au long cours sont indispensables.